Magick, Music and Ritual 6

2013-02-10 17:13:30

If you are not new to this website, you probably know of the quarterly musical anthology released by the Hermetic Library because the librarian was kind enough to release some of my musical works.

Artwork for the Hermetic Library Anthology wol. 6

I'm very proud to be part of this project especially this time where two of my most spiritual and special tracks were released. The first is Requiem I wrote in the summer of 2012 in memory of a close relative.

The second is my very first only musical collaboration with Dorianne Wotton, who, prior to her carreer as a photographer and videographer, wrote dozens of mystical short stories she won't publish. But she accepted to read one of them upon my music. This text is called "Le dogme de Luna" and the resulting track is "Luna's Dogma". This track is built to illustrate the inner tension of an ascetic mystic, an anchorite, which seeks to achieve a celestial spirituality while feeling trapped in his earthly body. You can read a detailed explanation of the track on my Hermetic Library Anthology Profile.

You can listen and download the full Anthology on Bandcamp.

Still here?

I guess you'd like to read the lyrics of Luna's Dogma, so here they are.

I am a heretic.
What enjoyment heresy can give us.
I am the ascetic of another mysticism, the priestess of another dogma.
What happiness, what sublimation, what transcendental moments my dogma gives me.
Behind the apparent barbarity of the acts that my almighty cult makes me do, there are short, too short moments that bring me closer to an impenetrable and indefinable ideal. The ascent to another spirituality far from pain, greed, emptiness. Agony for the common man, an orgasm for my emotional being.
[...]
I dream of another reality and perfection before I leave.
I want to live before I die.
Exalting my soul, I desert my body and especially the passing of time that ravages everything.
Like an anchorite, I hate my body and try to take refuge where no one can reach me.
Torn between inner violence and contemplation that brings me peace and serenity I chose to denigrate my body to feel the purity of my soul,
As required by my own religion.

Those lyrics are just an excerpt of a short story written in august 2003 by Dorianne.

Mes croyances me donnent l’illusion d’être vivante. Croire, c’est penser. Penser, c’est vivre, ou, dans une certaine mesure, être en état de survie. Mais je suis rejetée, jugée et accusée de ne pas penser comme tous. Je suis une hérétique. Mais si condamnable soit-elle, que de jouissance peut nous procurer l’hérésie.

Je suis l’ascète d’un autre mysticisme, la prêtresse d’un autre dogme : celui de la Souffrance. Que de sublimation, que de bonheur, que de moments transcendantaux que me procure mon Dogme. Derrière la barbarie apparente des actes que mon culte tout-puissant m’amène à effectuer, se cachent de courts, trop courts, instants qui me rapprochent d’un Idéal impénétrable, indéfinissable. Une ascension vers une autre spiritualité, très loin de la douleur, de l’impermanence, de l’avidité et du vide de ce bas-monde. Une agonie pour le commun des mortels, un orgasme émotionnel pour mon être. Je me livre corps et âme aux rituels que stipulent ma secte personnalisée. Une religion certes mortifère dans son existence mais si mystique dans son essence. Mais qu’est-ce qu’un pauvre être humain peut demander de plus que d’être le Tout-puissant de son existence, le maître de sa chapelle ?

Comme pour conjurer le Destin inhérent à chaque être humain, comme pour oublier la future putréfaction de mon corps, je suis à la quête de l’intemporalité. En exaltant mon âme, je déserte mon corps mais surtout le temps qui passe et qui ravage tout. Telle une anachorète, j’exècre le monde et cherche à me réfugier dans des recoins où nul ne pourrait m’atteindre. Partagée entre une forte violence intérieure et une contemplation qui m’apporte calme et sérénité, j’ai choisi de dénigrer mon corps pour ressentir pleinement la pureté de mon âme. Ma religion en veut ainsi. J’use et j’abuse d’une sorte d’ambroisie, comme pour faire perdurer cette exaltation intemporelle. Mon âme ne veut connaître ni dégradation, ni décrépitude.

Mais tout Dogme à ses failles. Le mien est que mon âme est désormais enfermée dans sa chapelle, prisonnière d’un corps-cachot qui la rappelle sans cesse à la réalité qu’elle voudrait fuir. Car lors des plaisirs que me procurent les violences masochistes de mes rituels, la transcendance spirituelle tranche avec la douleur corporelle. Bien que je ne l’accepte pas, mon corps est toujours présent et je n’ai toujours pas su comment l’intégrer dans ma religion.

Tout ceci n’est peut-être qu’hérésie, croyance, irréalité. Une manière dérangeante et atypique de considérer le corps, l’âme, le monde. Mais c’est cette souffrance, ce plaisir masochiste, cette irréalité qui me tiennent en vie. Car si je sais que d’autres croyances seraient possibles, si je sais qu’il y aurait peut-être d’autres substituts, si je sais que ma religion n’est qu’idéalisation, je veux rêver d’une autre réalité et de Perfection avant de partir, je veux vivre avant de mourir.

Still here? It seems you just can't get enough...
A video maybe?

 

Summary